< retour à l'encyclopédie (1361)

Rubis

Rubis
  • Traductions : Ruby, Robijn, Rubi, Rubí, Rubiin, Rubiini, Rubin, Rubinas, Rubīns, Rubino, Yakut, Hồng ngọc, ياقوت, ルビー, 루비, Рубин, కెంపు, ทับทิม, 紅寶石.
  • Étymologie : Le rubis tient son nom du mot latin "rubeus" qui veut dire rouge.
  • Localité typeMogok, Myanmar

Le rubis est la variété rouge de la famille des corindons

Il existe aussi les rubis étoilés. C'est le résultat d'inclusion d'aiguilles de rutile qui disposées

d'une certaine façon font apparaitre une étoile ondulante à la surface de la pierre une fois taillée en cabochon.

Rubis étoilé - Star ruby Rubis étoilé - Star ruby

La couleur est le critère dominant de la qualité d'un rubis. La couleur la plus recherchée est celle dite "sang de pigeon" un rouge avec une pointe de bleuté très subtile et magnifique.

La clarté est aussi un critère important, dans certains rubis, on peut trouver des aiguilles de rutile regroupées en amas qui donnent un effet soyeux. Cette "soie" est très appéciée tout autant qu'un rubis d'une totale clarté.

Pour ce qui est des inclusions, tant qu'elles ne sont pas dangereuses pour la pierre ou nuisantes pour l'aspect physique  elles sont appréciées, car c'est le certificat de garantie que la pierre est bien naturelle et non synthétique.

Il est très difficile de trouver des rubis de grande taille, de plus sur les sites de production  les rubis ne sont pas bien taillés pour garder un maximum de poids. Il faut donc les retailler si l'on veut profiter de sa beauté, ce qui réduit un peu plus la taille.

Gisements

Le gisement le plus connu pour les rubis est la Birmanie (Myanmar).

Ces gisements de rubis y sont connus depuis l’Antiquité. Ces dernières années le commerce des rubis de Birmanie a souffert et souffre encore des mesures commerciales restrictives décrétées par l’Union Européenne et par les USA.

La Thaïlande a produit de beaux rubis, souvent avec une teinte assez foncée. La production de rubis de Thaïlande est devenue très faible.

Les mines de la région de Mogok, en Birmanie, produisent des rubis qui ont souvent une teinte

un peu rosée. La deuxième région birmane produisant des rubis est celle de Mong Hsu.

La Thaïlande est la plaque tournante pour une très grande proportion de production mondiale de rubis.

Le Vietnam produit, des rubis de qualité proche de ceux de Birmanie, ce qui s’explique par leur même formation géologique. Les premiers rubis furent découverts à Luc Yen, au Nord-Est d’Hanoï, en 1986. Les rubis vietnamiens vont du rubis rose clair au rubis rouge le plus intense.

Madagascar fournit aussi des rubis. La principale mine produisant actuellement est celle d’Andilamena. On trouve aussi des rubis dans la région de Tuléar et celle de Fionarangsoa.

Le Kenya et la Tanzanie ont produit des rubis avec une très belle couleur.

Rendons hommage à John Saul, géologue, qui a découvert en Tanzanie la première mine de rubis d’Afrique de l’Ouest.

D’autres gisements de rubis peuvent être cités : Afghanistan, Pakistan, Tadjikistan, Inde, Sri Lanka, Laos, Népal.

En 2008, des rubis du Mozambique sont apparus sur le marché des gemmes, en Thaïlande. La découverte provenait d’un nouveau dépôt de rubis dans la province de Niassa du nord du Mozambique, en septembre 2008.

Au printemps 2009, un second dépôt important de rubis a aussi été découvert près de la ville de Montepuez dans la province voisine de Cabo Delgado.

Les rubis du Mozambique sont apparus sur le marché des gemmes, en Thaïlande, à la fin de 2008. La découverte provenait d’un nouveau dépôt de rubis dans la province de Niassa du nord du Mozambique, en Septembre 2008.

Au printemps 2009, un second dépôt important de rubis a aussi été découvert près de la ville de Montepuez dans la province voisine de Cabo Delgado.

Plusieurs articles et contre-rendus sur ces rubis du Mozambique ont été publiés.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger les articles suivant (en anglais)

  Treated Ruby from Mozambique, a preliminary report By V. Pardieu, N. Sturman, S. Saesaew, G. Du Toit and K. Thirangoon. "(Released May 11, 2010) After the discovery of the Montepuez ruby mining area in Mozambique, during spring 2009, within few months, gemologists at the GIA Laboratory Bangkok started.."

  Expedition report to ruby mining sites in Northern Mozambique (Niassa and Cabo Delgado provinces) by V. Pardieu, S. Jacquat, J.B. Senoble, L.P. Bryl, R.W. Hughes and M. Smith. "(Released December 16th, last edited December 23rd, 2009) This extensive and illustrated expedition report presents the first description of the new ruby mining areas in Mozambique..."

  Rubies reportedly from Niassa Province, Mozambique By V. Pardieu, J. Thanachakaphad. "(First released : March 22nd, 2009, last update :April 16th,2009) During the past few months, new rubies reported as “Mozambique” appeared in the market in Bangkok and Chanthaburi..."

Traitements

C'est une pierres très recherchée, et donc très traitée. La majorité des rubis sont traités par chauffage avant même d'être taillés dans la limite du respect de la structure cristalline de la pierre, ce qui va rehausser la couleur. C'est un procédé admis, cependant un rubis non chauffé (ce qui est extrêmement rare) a une valeur nettement supérieure et doit être accompagné d'un certificat de laboratoire reconnu le confirmant.

De très nombreux rubis sont traités par emplissage des fissures par des matières synthétiques. Ces traitements doivent légalement être signalés. Ce type de pierre a envahi les marchés des gemmes et se retrouve dans de nombreuses bijouteries. Ces pierres n’ont pas le droit à l’appellation « rubis » mais doivent porter la mention « pierre composite ».

Sans certificat ou information, il y a une règle simple : un beau rubis bon marché, ça n’existe pas. Le rubis est plus cher que le diamant, à qualité égale.

Un rubis "composite" de plus de 5ct, traité par remplissage au verre au plomb ne devrait pas excéder 50 euros le carat. Et même à ce prix là... c’est cher pour ce que c’est. Souvenez-vous d’un principe simple : un beau rubis naturel ne peut pas exister au prix d’une pierre gemme courante. Une simple référence : le 15 février 2006, un rubis de 8.62 carats, de forme coussin, a atteint en vente aux enchères le montant record de $425,000 le carat, soit un total de $3,663,500. (cliquez pour lire plus->)

Il est tout-à-fait compréhensible que des clients, qui ne peuvent pas accéder à ces pierres (très) précieuses que sont les rubis naturels, soient tentés par l’acquisition de ces pierres traitées ressemblant à des rubis. En réalité, la forte proportion de matière de remplissage fragilise fortement ces pierres et fait que les qualités de dureté et durabilité des rubis naturels ne sont pas présentes. Il y a obligation pour le vendeur d’informer son client.

Il est courant que les clients recherchent des rubis dont la couleur est dire « sang de pigeon ». Cette appellation n’a aucune rigueur scientifique ou gemmologique. Ce n’est qu’un terme commercial, même si ce dernier figure sur certains certificats de laboratoires.

Les rubis synthétiques sont communs sur le marché et de plus en plus durs à reconnaître, le procédé Verneuil de synthèse s'étant amélioré depuis 1950. Les doublets (une table de grenat et une culasse en verre rouge) sont aussi rencontrés comme imitations du rubis.

Cependant grâce à sa dureté de 9 sur l'échelle de Mohs, le rubis est la deuxième pierre la plus dure après le diamant. C'est donc une pierre facile à monter sur toutes sortes de bijoux et très facile d'entretien.

____________________________________________________________________________________________________

Histoire et légendes

Depuis la nuit des temps il est utilisé pour orner les couronnes, ou s'offrait dans des buts purement politiques. Comme cette histoire rapportée par Marco Polo, racontant qu'un village entier fut offert en échange d'un rubis. Certains sont arrivés jusqu'à nous et on peut encore les admirer dans certains musées, comme le fameux rubis Edwardes de 167ct exposé au British Museum de Londres, ou encore le rubis étoilé Reeves de 138.7ct au Smithsonian à Washington.

En Inde il est pensé que si l'on offre un rubis à Krishna, on renaîtrait en empereur ou au pire en roi, en fonction de la taille de la pierre. Les guerriers pensaient que le rubis les rendaient invincibles, certains allant même jusqu'à se les faire incruster sous la peau.

Au Sri Lanka, les textes anciens expliquent que le rubis provient de gouttes de sang. En Birmanie, on raconte que la mythique vallée de Mogok était infestée de serpents, rendant les recherches impossibles. On catapultait alors des morceaux de viande où les pierres se collaient et on envoyait des oiseaux de proie les manger. Il n'y avait plus qu'à récupérer les rubis dans leur déjections.

 Il est associé à l'amour et au sang depuis des siècles à cause de sa couleur exceptionnelle qui va du rouge rosé, ou orange au rouge brun ou violacé. En Inde, berceau du rubis, on l'appellait " ratnaraj"  le roi des pierres précieuses. Les princes en faisaient incruster leur épée ou recouvraient leur trône  et leur couronne de rubis. Plus récemment il occupe une place dans la science (utilisé pour les premiers lasers) et dans l'horlogerie (dans le mécanisme).

Le rubis est la pierre de naissance du mois de juillet et est également la pierre du 35ème anniversaire de mariage.

Pour en savoir plus sur la minéralogie du Rubis, voir Mindat.org->

 

Données gemmologiques

  • Composition chimique : Al2 O3
  • Dureté : 9
  • Densité : 4
  • Indice de réfraction : ne=1.759-1.761 no=1.767-1.770
  • Biréfringence : 0.008-0.009
  • Système cristallin : Rhomboédrique - Trigonal
  • Groupe : Corindon

La galerie de photos

< retour à l'encyclopédie (1361)